15 SEPTEMBRE 2019
Laëtitia GOMES DA SILVA

Croisements laitiers, à chacun ses envies !

Les fameuses noires à tête blanche, nos Holsteins tachetées façon normande ou encore les non identifiées issues d’un mélange de trois races, les croisements laitiers se sont bel et bien implantés au sein de plusieurs étables. Bien que l’élevage conventionnel commence à l’adopter, les systèmes pâturants sont les plus demandeurs de ces nouvelles races. Mais pourquoi et comment cela fonctionne ?

Depuis quelques années, la Holstein remet en question sa place de monopole au sein des troupeaux laitiers. Manque de fertilité, trop fragile, pas assez rustique, les défauts de la Holstein semblent de plus en plus dérangeants, notamment au sein des troupeaux pâturants. En effet, ces troupeaux demandent de la rusticité, une bonne valorisation de l’herbe et les éleveurs cherchent majoritairement des vaches discrètes sans problème. Mais comment remédier à cela sans mettre le troupeau à la porte et tout recommencer à zéro ? C’est à cet instant que le croisement est entré peu à peu dans les meurs.

Transmettre rapidement les critères d’une nouvelle race grâce à l’effet d’hétérosis

L’IDELE définit l’hétérosis comme « un effet spécifique du croisement entre deux races (ou lignées) différentes. En pratique cet effet se traduit pour les animaux croisés par des performances supérieures à la moyenne de leurs deux races parentales. Ce "bonus", premier bénéfice attendu du croisement, est, en pourcentage, variable selon les caractères. Il est souvent plus important pour des caractères peu héritables tels les aptitudes fonctionnelles. » En effet, l’hétérosis permet de bénéficier des atouts de deux races dès la première génération F1. Par exemple :

  • Holstein x Montbéliarde = une quantité de lait correct, des taux légèrement supérieurs, des membres moins sujets aux infections : On reste sur une race laitière en la rendant plus rustique
  • Holstein x Jersiais = Beaucoup de qualité dans le lait, des vaches qui durent dans le temps, une agressivité au pâturage = Une vache beaucoup moins laitière mais qui produit de la qualité et valorise très bien le pâturage au fils des lactations.

Vous comprenez donc bien que le croisement laitier se fait selon les objectifs de l’éleveur. On choisit la race de croisement selon les caractéristiques qu’elle présente. Si l’éleveur cherche des taux, rien de tel que la Jersiaise ! Plus de rusticité mais en gardant une quantité de lait semblable ? Optez pour la Montbéliarde ! Chacun ses envies, le croisement laitier offre une large marge de main d’œuvre.

Mais économiquement, quels sont les résultats ?

Inévitablement, les croisements laitiers étant divers et variés, les résultats économiques sont approximatifs.

Mais l’IDELE estime les variations suivantes :

  • +20 à +100€ de Marge Brute / Vache présente /an
  • A volume constant : +5 à +13€/1000L/an
  • -0,5 intervention par Vache présente/an

Ces résultats montrent parfaitement l’intérêt du croisement laitier. On peut y ajouter « meilleure valorisation de l’herbe », « plus durable dans le temps », « moins de gestion ». D’ailleurs, prenez une table d’indexation néo-zélandaise et vous y trouverez des index très parlants tels que « l’adaptabilité », « le management » ou encore « le tempérament ».

Le croisement laitier a donc su faire ses preuves autant sur le plan économique que pratique. Cette nouvelle méthode prend ses marques en France, mais est implantée depuis des années à l’étranger particulièrement en Nouvelle Zélande (45,6% de vaches croisées selon DairyNZ) ou encore au Pays-Bas (12,2% de vaches croisées selon CRV JAARSTATISTIEKEN).

Chez Progènes, on vous propose une gamme Néo-Zélandaise issue de la coopérative LIC basée en Nouvelle Zélande. A vous de faire vos choix, mais pour les Néo-Zélandais c'est par ici ->

Ne ratez pas le prochain post !

Voir aussi

Couverture de l'article Comment comparer des index bovins français et néo-zélandais
Progenes vous explique comment comparer les index bovins Français par rapport aux index néo-zélandais, et les différences entre les deux
par Laëtitia GOMES DA SILVAdim. 15 sept.
Au fil des années, la génétique Holstein a énormément évolué à mesure que les objectifs d’élevage ont évolués comme le montre l’évolution de l’élaboration de l’index synthétique ISU
par Laëtitia GOMES DA SILVAdim. 15 sept.
Couverture de l'article Effet d’hétérosis et héritabilité, le pourquoi du comment !
Les croisements laitiers prennent de plus en plus de place au sein des différents troupeaux et lorsque l’on demande aux éleveurs pourquoi un tel choix, la réponse comprend bien souvent le mot « hétérosis ». Mais qu’est-ce que l’effet d’hétérosis ?
par Laëtitia GOMES DA SILVAdim. 15 sept.

Une bonne stabilité de l'ensemble des taureaux Holstein du catalogue Progènes résume cette indexation d'août 2019. En plus d'une belle confirmation du taureau Basket par ses premières filles, nous ajoutons des taureaux confirmés à cette nouvelle liste de semences disponibles pour l'insémination.

par Thierry Lamandadim. 15 sept.